© 2017 by Grande Loge Initiatique Féminine Francophone

NOTRE FONCTIONNEMENT

Commission d'Éthique
Il existe au sein de la Grande Loge Initiatique Féminine Francophone, une commission destinée à assurer à la gouvernance de l'obédience, un fonctionnement respectueux de l'esprit des textes qui la régissent et une clarté dans la gestion des  responsabilités des élues.

Les loges

Les loges sont à la fois le socle de l'obédience et le creuset inititiaque, ce sont elles qui assurent l'initiation ou la réception aux différents grades ou degrés de la Franc Maçonnerie en respect des traditions.

Le Conseil de l'Ordre

La vocation du Conseil de l'ordre qui dirige l'obédience est de créer et maintenir toutes les conditions nécessaires au respect des traditions et à la sérénité des travaux.

La recherche

Il existe au sein de La Grande Loge  Initiatique Féminine Francophone, une loge de recherche qui a vocation à développer une réflexion approfondie sur les traditions initiatiques et les symboles de la Franc maçonnerie et plus particulièrement des 3 premiers grades du Rite Ecossais Ancien et Accepté, rite de l'obédience.

Convictions

Persuadées que si la Franc maçonnerie est arrivée jusqu'à nous depuis plusieurs siècles, sans que les turbulences extérieures du monde n'altèrent la qualité de la démarche, c'est parce que justement, le système de fonctionnement et le respect des principes souverains qui la guident ont été préservés.

La bienveillance est un ferment indispensable à la mise en oeuvre des méthodes maçonniques. Il n' y a pas d'humanisme sans bienveillance c'est-à-dire l'acceptation de l'autre dans toutes ses dimensions.

L'humain peut s'éveiller et réaliser son destin en compensant et dépassant les aléas de la vie.

La  bienfaisance vise à porter secours, face à toutes les souffrances, au service de la dignité morale et matérielle des êtres en témoignant par la pensée, la parole et l'action, d'un autre ordre humain spirituel reposant sur l'amour de la Lumière, de l'Humanité  et de la Vie. La bienfaisance  commence par le fait de reconnaître ses soeurs ou ses frères en humanité  comme dignes d'amour et de respect.